Yunohost, deux ans après

, par  Genma , popularité : 2%

Un petit billet rapide, en attendant le retour des billets techniques les prochaines semaines (et prochains mois).

Début décembre 2015, suite à une discussion avec l’ami Solarus lors du Capitole du libre de Toulouse, je me décidais enfin à franchir le pas de l’autohébergement. Je débutais donc l’année 2016 en publiant 2016 année de l’autohébergement ? au sein duquel j’expliquais le début de mon aventure sur le sujet. Depuis nombreux sont les billets que j’ai publié tagué et Yunohost, écrit au fur et à mesure des mois et de mon apprentissage et appropriation du système.

De la plupart de mes services hébergés sur les serveurs de Framasoft dans le cadre du projet Degooglisons, je suis passé à du tout auto-hébergé pour tout ce qui concerne mon propre besoin en terme de cloud. D’un Raspberry et carte SD, je suis passé à une machine de type mini-pc de récupération, avec 2 Go de mémoire et un processeur Intel Atom, une machine de faible consommation électrique, qui a presque 10 ans mais qui tourne toujours et convient parfaitement à mes besoins.

J’ai suivi et je suis les évolutions des différents projets autres, comme CozyCloud, mais je suis et je reste fidèle à Yunohost qui correspond vraiment à ce dont j’avais besoin. Ca marche, c’est stable (ça reste une base Debian stable et donc par définition, c’est stable). Je n’ai jamais réinstallé ma machine qui tourne depuis plus d’un an et demi et ma machine tourne H24. Je l’ai déjà redémarré (mise à jour du kernel), éteinte volontairement (ou involontairement comme dans le cas d’une coupure de courant prolongée).

Mais... Je fais les mises à jour. Je teste les packages dans une machine virtuelle avant (Voir Yunohost, Clonezilla et Virtualbox & Yunohost, Virtualbox, Interfaces réseaux). Je sais revenir en arrière. Je fais et j’ai testé la restauration de mes sauvegardes... Je ne bidouille pas ma machine de production.

J’ai déjà eu des coupures de courant, je n’ai pas de corruption majeure mais ce n’est pas une carte SD dedans. Mon mini PC tient la route est solide, le matériel est éprouvé et supporté depuis longtemps par Linux. Il n’a rien d’exotique et a été conçu pour tourner en continue (c’est le genre de mini-PC qu’on branchait derrière un écran, il a d’ailleurs le format VESA).

J’avais écris différents billets dont celui sur l’élitisme de l’auto-hébergement je vous y renvoie pour plus de détails, mais je continue de penser que l’auto-hébergement reste quelque chose destiné à des personnes s’y connaissant et ayant le temps d’apprendre (La preuve est le fait que j’ai une VM de recette, que je ne fais pas modifications directement sur ma machine finale, je fais des sauvegardes etc.).

Mais l’initiative de CHATONS, le Collectif des Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires continue son petit bonhomme de chemin. Je pense que cela reste la solution viable pour le grand public, pour celles et ceux qui n’ont pas, comme moi, la possibilité d’avoir du temps, l’envie d’apprendre etc. car ils ou elles ont plein d’autres choses à faire (et à juste titre). Car le plus important, que ce soit via soi-même ou via un CHATONS, c’est d’avoir un cloud respectueux de ses données personnelles.