Différents sujets du moment

, par  Genma , popularité : 4%

Ce billet est dédicacé à "Le bleu" ;)

Ce billet de blog mixera différentes thématiques que je souhaite aborder actuellement, des réflexions personnelles qui, je l’espère susciteront sûrement diverses réactions.

Comme je le disais dernièrement dans mon billet Ce blog a 13 ans, j’ai et je travaille beaucoup pour réussir professionnellement. Surtout depuis que je suis dans un cadre qui correspond à mes attentes et me valorise pour mes compétences. Pour ça, je m’astreins à une rigueur que beaucoup peuvent trouver psychorigide, mais qui est devenu quelque chose de naturel pour moi ; Les billets sur le lifehacking en témoigne. Et en particulier, je commence mes journées avant 9h, 9h00 étant l’heure légale de début de nos journées officiellement.

De la difficulté pour beaucoup d’arriver tôt

Dans les lignes suivantes, je prends en exemple de collaborateurs qui n’ont pas de situation familiale nécessitant une adaptation du temps de travail (comprendre : ils n’ont pas d’enfant). Des personnes assez jeunes, en début de carrière, et qui ont donc tout à gagner si elles progressent personnellement et professionnellement de façon assez rapide. En tout cas, tel est mon avis.

Lorsque j’ai demandé à un des mes collaborateurs d’arriver pour que l’on puisse réellement la journée à 9h, j’ai eu le droit à la réponse "CA fait tôt". De même, quand j’en parle à d’autres, j’ai des retours : "Oui mais ils peuvent arriver tard si ils restent plus tard et que le travail est fait..." Ce que j’ai du mal à faire comprendre c’est que certes, on ne pointe pas, nous avons des journées flexibles même si nous avons des horaires théoriques, mais quand le collaborateur arrive tranquillement, pose ses affaires, prend son petit café, moi c’est depuis 9h que j’ai commencé ma journée et je suis généralement en plein pomodoro... Je suis déjà dans ma lancée et la répartition des tâches pour la journée va nécessité de me couper dans mon élan... Je peux très bien m’arrêter et passer à une tâche de suivi et de délégation pour la journée lors d’un Pomodoro dédié à ça. Mais je ne le souhaite pas.

En une dizaine d’années de travail en région parisienne, j’ai pu vérifié la règle immuable suivante : c’est que plus on habite loin plus on se lève et arrive tôt, car on anticipe les problèmes de transport, en prenant de la marge et si cette marge n’est pas consommé, on arrive en avance. Par contre, plus la personne habite prêt de son lieu de travail et plus elle se lève tard. J’arrive souvent au bureau quand mon stagiaire, qui habite à deux stations de train des locaux de l’entreprise se lève…. Et ceci est un problème pour moi. Il y a au-delà de mon côté psychorigide le fait que nous sommes responsables si il arrive quelque chose à la personne durant ses heures de travail et si elle n’est pas sur son lieu de travail durant les heures indiquées sur son contrat de travail… Nous en avons parlé. Il va faire des efforts. Mais ce n’est pas gagné. Peut être suis je trop exigeant ?

A côté de cela, je sais qu’il y a un autre stagiaire qui est là à l’heure. Et à ma remarque "tu es là tôt", j’ai eu comme réponse "le début de journée c’est 9h donc je suis là à l’heure". Il a gagné des points... Espérons que cela reste comme ça dans la continuité.

Il faut savoir ce que l’on veut

Je suis peut être trop exigeant avec moi-même et donc je le suis également avec les autres. Mais, en plus de ce que j’ai pu évoqué dans mon billet Où sont les passionné.e.s ?, ce manque de volonté pour arriver à l’heure n’est il pas quelque part symptomatique d’un manque d’intérêt, de passion... L’emploi n’est qu’un emploi qui conduit à un salaire à la fin du mois...
Quand on rentre chez soi, on fait totalement autre chose, on se déconnecte. On peut avoir des tas de passions et centre d’intérêt mais si c’est pour regarder des émissions dont j’ai beaucoup de mal à cerner l’intérêt (et qui font régulièrement la polémique de part leurs propos et actions qui sont l’encontre total de mes convictions personnelles...)

Pourquoi en ferait-on plus pour l’entreprise ? "Je fais ce qu’on me demande". Oui, mais justement, on est payé pour faire ce que l’on nous demande. Je pense qu’on ne peut pas demander une reconnaissance si l’on fait "juste" ce que l’on nous demande. Dans le cas où l’on va plus loin, où l’on se dépasse et montre ce dépassement des attentes, je pense que l’on peut alors commencer à râler si la reconnaissance n’est pas là. Je le sais, pour l’avoir vécu.

L’exigence

Comme vous l’aurez compris, je suis exigeant avec moi-même et avec les autres, en particulier les personnes avec lesquelles je travaille. De part mes activités de lifehacking je m’applique des règles encore plus strictes que celles que je préconise aux autres.

Et il y a le fait que je veux que ces personnes avec qui je travaille fasse du mieux qu’elles peuvent et au delà en se surpassant. Et pour cela, je pense que les bases sont d’arriver à l’heure, d’être précis et rigoureux. J’ai et je prends du temps pour transmettre mes méthodologies pour que la personne se les approprie. Fichier de suivi, de todo etc. Le but n’est nullement de surveiller (je n’ai et ne demande aucun droit de regard sur le fichier) mais d’aider la personne à se surpasser. Car je pense que ces personnes sont douées, ont du potentiel mais ne l’exploitent pas. Ou peut être que je me suis trompé et que ces personnes ont justes autres choses à faire, d’autres centres d’intérêt et une vie… Il est difficile de ne pas porter de jugement. Voir à ce sujet mon billet Où sont les passionné.e.s ?, dans lequel je critiquais les ingénieurs en les confrontant aux autodidactes.

Être différent

Je pense que je prends les choses trop à cœur, de façon trop passionnée et cela me rappelle quelqu’un.e de très proche (celleux qui savent savent). Parfois j’arrive à couper les interrupteurs ou à refermer les portes dans mon palais mental et du coup j’occulte certaines préoccupations. J’ai cette chance.

À coté, il y a des choses pour lesquelles je suis tout le contraire d’exigeants. Ma façon de m’habiller, plus une nécessité qu’autre chose (quoique ça change un peu vu que je peux désormais mettre des t-shirt geek pour aller au travail) ; mon physique et mon léger sur poids. Pas le temps ni l’envie ou la motivation de faire du sport et des efforts. Seul mon esprit compte. Voir à ce sujet le billet sut le Meatspace.

Vieillir

Je me rends compte de mon âge. C’est la période des stages et je côtoie beaucoup de stagiaires du coup, en plus du mien. Beaucoup de stagiaires, cela pourrait sembler être "de la main d’œuvre pas chère et corvéable", alors que c’est plus "donner de l’expérience à des étudiants en vue de les préparer à la vie active, faire une passation de connaissance, via des projets intéressants et détecter les profils qui sortent de la norme". Ces stagiaires sont donc des personnes qui ont une vingtaine d’années, sont étudiant.e.s dans différents domaines, sont de différentes origines ethniques (Maroc, Algérie, Vietnam, Russie, France…). Une très bonne chose pour les échanges culturelles et l’ouverture aux autres.

Étant, je pense, une personne assez bien ancrée dans l’entreprise, je prends le temps de parler avec chacune de ces personnes le midi pour faciliter leurs intégrations dans l’entreprise et j’ai donc pu sympathiser rapidement avec certaines d’entre elles (ces personnes).

Et c’est la que je me rend compte de mon âge et de la différence d’âge. Les bébés a qui j’ai donné le biberon pour aider ma maman quand elle était assistante maternelle sont bien plus âgé.e.s que ces "jeunes" la. J’ai un écart d’âge avec eux (plus de 15 ans) comparable au nombre d’années que j’ai passé avec Ryooki... Toutes mes références musicales issues de mon adolescence sont d’une époque où illes n’étaient pas encore né.e.s. Il y a 20 ans je passais le baccalauréat... Eux n’étaient pas encore en maternelle... Bref. Ça donne un coup de vieux ;) Mon côté geek, très jeune et adolescent facilite toutefois la communication et je passe de bons moments avec eux.

Revers de la médaille, mon expérience, ma maturité, je la constate pleinement dans le cadre de l’encadrement. Je suis rapide, efficace, je vais à l’essentiel. Je sais ce que je veux et parfois je passe plus de temps à expliquer mes attentes et mes exigences que si je faisais la tâche moi même. Mais la personne est la pour apprendre… On rejoint les réflexions du début du billet.
Il y a un certain nombres de choses que j’ai évoqué dans mon billet je suis chef d’équipe tu nous rejoins, je vous renvoie vers celui-ci pour ma propre analyse. La seule chose que j’ajouterai c’est que le côté paternaliste se confirme. Paternaliste mais avec bienveillance. Celleux qui me connaissent le savent bien, j’espère.

Conclusion

Un billet un peu long et un peu fourre-tout, mais c’est aussi ce que certain.e.s d’entre vous viennent chercher ici, non ? ;)