Le blog de Genma
Vous êtes ici : Accueil » Blog » Who Am I - No System is Safe

Who Am I - No System is Safe

D 2 août 2016     H 09:00     A Genma     C 4 messages   Logo Tipee

Résumé du film

Benjamin est un moins que rien. Ceci change lorsqu’il rencontre le charismatique Max. Tout les oppose, mais ils partagent un centre d’intérêt : le hacking. Avec les amis de Max : Stephan, un impulsif, et Paul, paranoïde, ils forment un groupe hacker subversif nommé CLAY (Clowns Laughing @ You). CLAY est provoquant avec des hacks hilarants et représente l’évolution de toute une génération.

Pour la première fois de sa vie, Benjamin a enfin un sentiment d’appartenance, et devient même attirant aux yeux de Marie. Ce qui fut drôle tourne au drame lorsque Benjamin et CLAY sont les sujets d’investigations du Service Secret Allemand et Europol. Avec Hanne Lindberg, l’investigatrice principale d’Europol sur leurs traces, Benjamin commence à réaliser qu’il n’est plus un exclu, mais le hacker le plus recherché au monde.

La critique du Genma

J’ai découvert via Amaelle Guiton (journaliste auteur d’un livre sur les Hackers, entre autre) qui disait sur ton compte Twitter Amaelle Guiton @amaelle_g Just finished watching "Who Am I - No System is Safe https://en.wikipedia.org/wiki/Who_Am_I_(2014_film) … in full and yes, @BiellaColeman is right : best hacker movie :)

Ce à quoi Gabriella Coleman (journaliste américaine spécialiste du mouvement Anonymous) @BiellaColeman @amaelle_g yep, it is... brilliant stuff.

Hacker à capuches, Darknet. Et pourtant en 5 minutes j’ai accroché au film et je n’ai pas décroché jusqu’à la fin.

Oubliez Mr Robot.

Ce film a été fait avant cette série d’ailleurs (la série est de 2015, le film de 2014). La comparaison est inévitable, car on retrouve beaucoup d’éléments communs. Beaucoup (sans spoiler, voyez le film. On peut même se poser la question de l’influence de ce film sur Mr.Robot). Social Enginering, Phishing, Faille Zéro Day, Botnet, Darknet, un équivalent des Anonymous... Le hacking informatique est présent sous différentes formes, comme dans la série. On retrouvera également la présence et la dépendance à la drogue tout comme dans Mr Robot... On a du hacking pour troller, pour changer la société, pour la renommée et prouver qu’on est le meilleur...

Si vous aimez Mr Robot, vous ne pouvez que tomber sous le charme de Who Am I.

A l’écran, pour les scènes de hacking sur ordinateur, on retrouve des lignes de commande à base de nmap, et d’appel de script de type wificrack.sh, des lignes de codes qui défilent.

Des vidéos type Anonymous avec des effets réalités augmentés pour illustrer les interactions en ligne dans le cyberspace (une bonne idée : chaque personne a un masque).

On a une musique techno pour l’ambiance...

On pourrait croire que tout ça contribue et renforce l’usage des clichés pour faire de ce film une parodie. Mais on est loin d’un Blackhat (Hacker en français) avec Chris Hemsworth (Thor chez Marvel - Avengers), on est beaucoup plus proche de Hackers le film de 1995 dans son approche du Hacker. Les scènes de hacking sont romancées, scénarisés, et pourtant plausible et réaliste en même temps et viennent appuyer une histoire prenante et intéressante de type thriller.

Et le hacking n’est pas qu’informatique. Il y a du social enginering réaliste, du hack physique....

Le personnage principal, Benjamin le héros, a eu son premier ordinateur a 14 ans, a tout appris tout seul, vit sa vie partagée entre meat-space (monde de viande, opposé du cyberspace dans la culture hacker) et vie en ligne sur les forums de hacking et IRC... Il n’est pas très à l’aise dans les conventions sociales (pour discuter avec les filles par exemple) ; le groupe qui le prend sous son aile est plus âgé et les personnages sont plus sûres d’eux. On a la figure de l’enquêtrice qui cherche à tout pris à coincer ce groupe de hacker...

Dans les petits plus de ce film, il y a, entre autre, ce clin d’oeil à la culture geek/Internet, une sorte de nyancat mais avec une tête de hibou qui tourne en boucle (sur fond de musique très nyancatesque).

En conclusion, vu en VOSTFR, la VO est en Allemand car c’est un film germanique, ce qui explique peut être la qualité et non la volonté de sensationnalisme, je ne peux que recommander ce film à toute personne aimant la culture hacker et souhaitant en voir une bonne représentation à l’écran.

4 Messages

  • Hello,

    J’ai découvert ce film après avoir lu cet article sur ton blog.
    Le film est très bon, la bo colle parfaitement.
    Très bonne idée les video en Realité Augmentée.


  • Probablement l’un des meilleurs films que j’ai vu ces 3 dernières années.
    Le script est recherché et subtile, la réalisation est parfaite, la musique colle avec l’ambiance du film.
    De nombreux rebondissements, ce film m’a tenu en haleine jusqu’à la fin.
    Et la prestation de Tom Schilling est juste superbe (comme toujours).
    Je suis difficile en film, mais alors là !!!

    En une phrase : Un film à voir impérativement !


  • J’ai bien apprécié aussi. Merci pour la critique.


  • Vu aussi sur tes conseils. Effectivement, on a droit à d’habituels clichés mais l’histoire se tient bien et il y a pas mal de petits détails réalistes. L’ajout du social engineering (mal traduit en français) est un des petits plus. Le recours à Royal Blood en bande son, colle plutôt bien, ainsi que pour le reste de la bande son plus technoide.
    Le scénario a un petit creux, rattrapé par ce twist et un épilogue qui peut même faire penser à une suite. Un bon divertissement faisant partie des rares réussites dans ce style. Donc merci du conseil.


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.