Le blog de Genma
Vous êtes ici : Accueil » Blog » Sur l’utilisation de GoogleDocs pour des projets libres

Sur l’utilisation de GoogleDocs pour des projets libres

D 9 février 2015     H 09:00     A Genma     C 10 messages   Flattr cet article Logo Tipee

TAGS : Google Les réflexions du Genma Framasoft Planet Libre

Nombreux sont les projets du monde du logiciel libre qui, comme support de travail, utilise les GoogleDocs. Certe les GoogleDocs sont de bons outils collaboratifs, ça marche bien et de nombreuses qualités... Ces outils marchent bien et sont gratuits. Mais cette gratuité est sous-jacente à l’exploitation des données que l’on saisit dans ces outils, vu qu’ils sont fournis par Google. Et qui dit Google, dit non respect du droit à la vie privée.

Pour moi, le problème est simple et est le suivant : quand je fais du bénévolat pour une association ou un projet du logiciel libre, je ne veux pas forcément que Google le sache. Et pourtant, oui, Google le sait déjà. Il suffit que j’en parle dans un billet de mon blog, que je le mentionne dans un commentaire ou autre. Tout ce qui est mis sur le web est public par défaut. Là n’est pas le problème. Car cette information, je l’ai donnée volontairement. Je dis "je suis bénévole pour untel ou unetelle".

Via GoogleAnalytics (que personnellement je bloque), Google sait déjà quels sites consultent un-e Internaute, combien de temps il-le passe sur quelques pages, d’où il-le vient, où il-le va... Le fait d’utiliser GoogleDoc pour un projet ajoute encore plus de données sur le profil d’une personne à toutes ces données déjà accumulées par Google. Google saura combien de temps on a consacré au projet, combien de temps on est resté sur le GoogleDocs, combien de fois on y est revenu, ce qu’on y a fait... Et on ne sait pas et on ne peut pas savoir l’importance et l’utilité qu’ont ces données dans la masse des données déjà accumulées. Ces données qui nous éloignent toujours plus du droit que l’on a à avoir une vie privée. Car oui, pour moi, le temps que je passe à contribuer sur mon temps libre à un projet, c’est une donnée personnelle et donc privée.

De plus, utiliser Google, c’est renforcer le poids qu’à ce dernier en tant que sillo de données. On renforce la centralisation du web alors qu’il faudrait décentraliser. Il faut suivre l’exemple de Framasoft. Il faut que chaque projet du libre, à la hauteur de ses moyens, se lance ou utilise des infrastructures autre que celles de Google. La Quadrature par exemple fourni des pads. D’autres le font également.

Alors pourquoi Mozilla par exemple, ne met pas en place des pads pour ses contributeurs, leur évitant ainsi d’utiliser GoogleDocs ?

 Les Tags - mots clefs de ce article

 Vous aimez cet article? Soutenez le blog et partagez-le ;-)

Logo Tipee Flattr icon  Facebook icon  Twitter icon  Diapora icon   Licence Creative Commons

Dans la même rubrique

24 avril – Deux téléphones et séparation des usages

12 avril – Faire passer des entretiens

3 avril – Communiquer en anglais

23 mars – Tout intellectualiser

21 mars – Le métier passion

9 Messages

  • Salut Genma,

    Alors pourquoi Mozilla par exemple, ne met pas en place des pads pour ses contributeurs, leur évitant ainsi d’utiliser GoogleDocs ?

    Mozilla met déjà une instance d’Etherpad à disposition de tout le monde d’ailleurs et pas seulement ses contributeurs : https://etherpad.mozilla.org/

    Ils semblent par contre utiliser la version originale en Java et pas la dernière en node.js car ils proposent les espaces collaboratifs privés, qui est une fonction que Framasoft est en train de faire développer pour la version node.js suite au financement participatif l’année passée.


  • Pourrais-tu m’expliquer ce qu’il y a de mal à ce que Google sache ce que toi, simple quidam noyé au milieu des milliards d’utilisateurs journaliers d’internet, tu as passé 17 minutes et 42 secondes à tapoter des chiffres et des lettres dans un Google Sheet ?

    À part à utiliser toi-même ton propre modem avec ton propre firmware sur ton propre réseau en n’empruntant que tes propres serveurs (dns, web, etc...), je ne vois pas bien comment on peut espérer utiliser internet sans que quiconque arrive à récupérer la moindre bribe d’information à ton sujet.

    Mon FAI fait très certainement des statistiques sur mon dos qui lui servent très probablement à vérifier que son réseau est bien dimensionné, à anticiper les pics et les problèmes éventuels mais aussi, à proposer des abonnements qui répondent au plus grand nombre et à maximiser ses bénéfices (c’est une société, pas une association caritative).
    L’éditeur du site/de l’application que j’utilise fait également des statistiques sur mon dos pour connaitre mon utilisation et ainsi améliorer ses outils, vérifier que ses serveurs sont correctement dimensionnés, et sans doute d’autres trucs dont j’ai pas idée, peut-être même pour, lui aussi, maximiser ses bénéfices.
    D’ailleurs le Quick du coin (je n’aime pas McDo) fait très probablement le même genre de stat pour essayer de prédire combien de burger il devra préparer en avance (mais pas trop) pour que le temps d’attente soit minimum et qu’il puisse ainsi encaisser plus de clients.

    Si Google venait fouiller chez moi pour y prendre des données que je n’ai pas souhaité lui fournir, si elle diffusait publiquement mes données que je souhaitais pourtant garder pour moi (et donc un peu pour le site, c’est une part de confiance), oui, là, il y aurait un gros problème.
    De la même manière que je n’ai pas une liasse de billet sous mon matelas mais que je confie mon argent à une banque qui peut ensuite en faire "ce qu’elle veut" (dans la limite des lois et de ce qu’elle me dit en faire et que j’accepte donc (im|ex)plicitement), je fais confiance à un certain nombre de société à qui je confie mes octets et qui pourront en faire "ce qu’ils veulent" (dans la limite des lois, etc...).

    Se protéger oui, surveiller bien sur, être attentif tout à fait. Être paranoïaque non.
    Et penser que Google s’intéresse à toi et au temps que tu passes sur des projets open source autrement quand dans le cas de calculs statistiques où tu n’existes pas nominativement, c’est de la paranoïa.


  • @Renaud,

    La suite de parallèles que tu fais entre Google et d’autres entreprises est un grand classique, mais comme souvent, un grand classique totalement erronné. Pour faire court :

    Oui, Google répand nos données sur la place publique - c’est-à-dire - à des tierces parties, en contrepartie d’espèces sonnantes et trébuchantes.
    Non, les banques ne le font pas puisqu’elles en ont tout simplement pas le droit (en France). Pour l’instant.

    Il y a donc deux aspects à ne pas mettre forcement dans le même panier de crabe. La collecte d’une part et la diffusion de l’autre. Google fait les deux.

    Bref, ceux qui-ne-sont-pas-paranos (entendons, ceux qui baissent les bras parce que c’est plus facile), nous disent : "on peut prendre la grippe à chaque coin de rue ; à quoi bon se vacciner contre le cholera ?".


  • voilà pourquoi j’ai arrêté la Spirale Digitale : parce que les gens ne veulent pas comprendre, ou ne font pas l’effort de comprendre, ou se cache derrière leur bonne volonté bien innocente.

    Quel que soit le service Google mis en place gratuitement, cet outil sert la cause de Google : prendre/voler/copier/analyser ce que fait l’utilisateur pour gagner de l’argent. Point à la ligne.

    Inutile de jouer les vierges effarouchées, les services Google mis en place ne servent qu’à l’atteinte des objectifs financiers de Google : pas de philanthropie de leur part. Utiliser ces services renforcent la pieuvre au 14 milliards de bénéfice.

    Je te souhaite bien du courage Gemma dans ta croisade.


  • Les gens haissent les conséquences des causes qu’ils chérissent.


  • Bonjour ,
    je suis assez de l’avis de Renault ... ce que tu ne veux pas partager, ne veut pas divulguer ne veut pas que l’on te vole ... tu ne le mets pas sur internet ...

    Ceci dit, moi je n’ai aucun problème à l’utilisation des FRAMAPAD et autres FramaTrucs .. mais encore faudrait-il avoir les réponses aux questions legitimes que je me suis posé par exemple pour moi la principale : ORGANISER ces documents.

    Oui, utiliser des framapad collaboratifs comme les GoogleDocs j’aime bien .... mais comment
    les classer dans des dossiers des sous-dossiers ?
    Le Drive de Google réponds parfaitement à cette question, je peux dans mon Drive
    créer un dossier "perso" que je partage pas, et un dossier "ASSO" que je partage et dans lequel
    je crée des documents, textes, tableurs, dessins ...
    Bref ... j’ai la main, c’est facile, c’est visuel.
    Du coté de Framasoft et des FramaApps ... je n’arrive pas du tout à trouver la façon, ni la réponse, personne ne m’a répondu (meme sur framasphère) ...

    Donc, en résumé, j’ai 2 principes :
    1 - mes trucs privés, perso je les mets pas ni sur internet.
    2 - j’utilise les applications qui répondent à mes besoins.

    Si vous aviez une réponse à mon besoin de rangement et classement .... peut etre que je basculerais definitivement sur framapad, mais tant que je ne sais pas où et comment sont organisés les pads ... non je m’en servirai pas.

    Merci :-)
    José


    • De mon point de vue, "perso" n’est pas compatible avec Google. Le problème n’est pas que seul Google y est accès ou pas, c’est le fait que Google y est accès. C’est là le problème et que je soulève dans mon billet. Via l’obligation d’utiliser des Google Docs, on me force à donner des informations à Google. Et vu tout ce que Google a déjà, je ne souhaite pas rajouter ces informations en plus. Le vrai problème est dans le fait que Google agrège tout et qu’on n’a aucune visibilité sur l’usage qui peut en être fait et qui en sera fait dans le futur... Ca peut sembler paranoïaque. Mais quand on sait que Google investit/rachète des entreprises spécialisées dans l’analyse du génome humain, demain Google pourra dire si on a des prédispositions à certaines maladies... Que feront-ils de ces données ? Mais bon, seul Google le sait donc ce n’est pas grave... Comprends tu là où je veux en venir ?

      Je ne remets pas en question la qualité des logiciels et service Google, je ne critique pas le choix de chacun. Je dis juste que je ne veux pas qu’on m’impose Google. Par exemple, toi, as-tu un Facebook ? Oui, non ? Si non, pourquoi ?

  • @José SISA

    Je t’arrête tout de suite, Renaud est dans un gros nuage d’incompréhension, il se réconforte dans un monde de joyeux imbéciles, et toi, tu fais de même, avec ta vieille phrase de bienveillant :

    tu ne le mets pas sur internet ...

    Tu sais qu’à la base, Internet est un outil de partage et de communication ? Comme le courrier que l’on envoi par La Poste.
    Qu’on lise tes mails ne te dérange pas ?
    Et si La Poste ouvrait tout tes courriers, que ce soit les gens du centre, le facteur qui vient jusque chez toi (et potentiellement par liaison sociale : les proches de ces personnes si elles veulent en parler), je m’amuserai bien à te répondre que tu n’avais qu’à pas utiliser le courrier papier.

    La conclusion est simple : tu n’as plus qu’à te réfugier dans une grotte car tu ne peux même pas parler à qui que ce soit de ta vie, car tu ne sais pas si les gens n’en parlent pas de près ou de loin quand tu n’es pas là, de ce que tu partage avec eux.

    Sois tu réfléchis et tu prend une vraie argumentation, et on en discute (car il est possible d’avoir des opinions qui ne vont pas dans notre sens) mais en aucun cas ce que tu dis n’est acceptable, aucun cas.


  • Bonjour,
    je suis tout à fait d’accord avec Renaud quand il dit :

    Si Google venait fouiller chez moi pour y prendre des données que je n’ai pas souhaité lui fournir, si elle diffusait publiquement mes données que je souhaitais pourtant garder pour moi (et donc un peu pour le site, c’est une part de confiance), oui, là, il y aurait un gros problème

    D’ailleurs, les conditions d’utilisation de Google me renseignent à ce propos :

    Vos contenus et nos Services https://policies.google.com/terms
    Certains de nos Services vous permettent d’importer, de soumettre, de stocker, d’envoyer ou de recevoir des contenus. Vous conservez tous vos droits de propriété intellectuelle sur ces contenus. En somme, ce qui est à vous reste à vous.
    Lorsque vous importez, soumettez, stockez, envoyez ou recevez des contenus à ou à travers de nos Services, vous accordez à Google (et à toute personne travaillant avec Google) une licence, dans le monde entier, d’utilisation, d’hébergement, de stockage, de reproduction, de modification, de création d’œuvres dérivées (des traductions, des adaptations ou d’autres modifications destinées à améliorer le fonctionnement de vos contenus par le biais de nos Services), de communication, de publication, de représentation publique, d’affichage public ou de distribution publique desdits contenus. Les droits que vous accordez dans le cadre de cette licence sont limités à l’exploitation, la promotion ou à l’amélioration de nos Services, ou au développement de nouveaux Services. Cette autorisation demeure pour toute la durée légale de protection de votre contenu, même si vous cessez d’utiliser nos Services (par exemple, pour une fiche d’entreprise que vous avez ajoutée à Google Maps). Certains Services vous proposent le moyen d’accéder aux contenus que vous avez soumis à ce Service et de les supprimer. Certains Services prévoient par ailleurs des conditions ou des paramètres restreignant la portée de notre droit d’utilisation des contenus que vous avez soumis aux Services en question. Assurez-vous que vous disposez de tous les droits vous permettant de nous accorder cette licence concernant les contenus que vous soumettez à nos Services.

    Je considère comme Renaud qu’il y a un gros problème et j’ai arrêté d’utiliser les services de Google depuis un bail (en plus je survis, plutôt pas mal !)
    Autre question ?


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.