Rsync et Borg le couple gagnant ?

, par  Genma , popularité : 1%

Nouveau billet de blog sur Borg comme outil de sauvegarde. Dans le présent billet, je voudrais développer un peu une procédure de sauvegarde que j’ai mise en place pour certains serveurs.

Sur une partition dédiée, un script créé une archive tar.gz à la date du jour pour les différents dossiers importants (/etc, /home, /var/www/). Un dump de la base de données est également fait et zippé en local. Ces archives ont une durée de rétention et de rotation sur 5 jours et permettent d’avoir rapidement les données accessibles si besoin depuis la machine.

Les dossiers importants (/etc, /home, /var/www) et les dumps de la base de donnée sont sauvegardés via un rsync à travers SSH sur un premier serveur de fichiers.

Suite à ça, un second script, lancé quotidiennement sur ce serveur de fichiers, effectue une sauvegarde via Borg de ces données (ensemble des fichiers synchronisés par rsync et dumps du jour) sur un espace disque situé sur un NAS / espace de stockage. Le script lançant la sauvegarde via Borg lance également la commande de purge qui permet d’avoir une conservation des données selon la règle suivante : conservation des données sur 7 jours (soit l’équivalent de 7 sauvegarde complète sur une semaine), conservation des données d’un jour de la semaine pendant 1 mois, conservation d’une sauvegarde du mois pendant 1 an.

Pourquoi ce schéma de sauvegarde ?

Les scripts rédigés se dupliquent facilement. Il suffit de créer un nouveau dossier racine pour un client, on duplique le script, le renomme, recherche et remplace dedans par le nouveau nom.

Le respect de la règle des 3-2-1

Pour rappel, voir mon billet Sauvegarde la règle des 3-2-1

On va même un peu plus loin car :
 on a 4 exemplaires de la donnée : la donné initiale (1), la donnée dans l’archive .tar.gz (2), la donnée copiée sur le serveur via rsync (3) et la donnée dans la sauvegarde borg (4).
 on a 3 systèmes de sauvegarde : tar.gz horodatée, rsync et borg
 on a 3 supports différents : un disque rattaché directement à la machine, un premier serveur situé sur un réseau autre que la machine sauvegardée, un volume NAS (soit un deuxième serveur).