Le blog de Genma
Vous êtes ici : Accueil » Blog » Podcast » Olivier Fallaix & Rui Pascoal à travers les générations

Olivier Fallaix & Rui Pascoal à travers les générations

D 7 décembre 2020     H 09:00     A Genma     C 3 messages   Logo Tipee

TAGS : Podcast

Olivier Fallaix

Nous sommes à la fin des années 80, je suis chez mon grand-grand père comme chaque dimanche après-midi. J’ai 8 ou 9 ans. Il a un poste radio-cassette avec un casque. J’écoute la radio au casque pour ne pas déranger. Je bouge le curseur sur la bande FM et je tombe sur une radio qui passe des chansons que je connais : des génériques de dessins animés que je regarde au Club Dorothée ou sur la 5. Je découvre alors un certain Gotoon et sa parade des toons. Cette radio, c’est Superloustic, qui oui deviendra un copain fantastique pour moi pendant quelques années... Chaque dimanche, je recherche la station et je retombe sur cette radio magique... Je suis conquis. Je demande des sous pour mon anniversaire, économise et je m’achète mon premier radio cassette. Je peux enfin écouter Superloustic dès que possible et en continue pendant les vacances. Pendant des années, j’ai écouté Superloustic. J’ai vu cette radio mourir... Et renaître des années plus tard sur Internet. Ce serait trop long de raconter tant de souvenirs liés à cette radio...

Nous sommes en 2018, depuis quelques temps j’écoute Anisong le podcast. Et je retrouve Gotoon, le Gotoon de mon enfance...
Olivier y parle de génériques en japonais de dessin animés, présente l’interprète et sa carrière, ainsi qu’une chanson moins connue de ce dernier.

En 2020, Olivier fait une version dérivée de son podcast avec, Anisong la belle histoire des génériques télé, où il reprend le format, avec une présentation d’un générique en français, des anecdotes avec des versions dérivées, remix ou autres, anecdotes issues de son livre dont je parle un peu après.

Rui Pascoal

Nous sommes en 1997. Un hasard de changement de station sur ma chaine hifi me fait tomber sur une radio locale Horizon FM, 94.5 FM à Quincy sous Senart (77), sur laquelle, en ce mardi soir, ça parle de « manga ». J’écoute. Et je découvre que chaque mardi, Rui, Julien et Steve parle d’animation japonaise. Ils diffusent les génériques en français et en japonais, les BGM & autres OST (les bandes sons). Je deviens un fidèle auditeur et ne manque pour rien au monde ce rendez-vous hebdomadaire. Je retrouve ce même sentiment que dans les années 80 avec Superloustic. Sur des cassettes audio j’enregistre soigneusement chaque émission et je fais ensuite des montages pour me faire mes compilations de génériques de dessins animés en français et en japonais, des musiques de fonds. Via cette émission, je découvre l’existence d’un magazine qui s’appelle Animeland. Dans lequel un certain Olivier Fallaix oeuvre... Je découvre l’existence des conventions, je vais à BD Expo à Bercy ! Lors de la convention de l’Epitanime, j’ai la chance de les rencontrer à un stand de fanzine et je discute avec Steve et Julien. Un an plus tard, lors du tout 1er Japan Expo, je les revois et je peux parler brièvement à Rui. Pour rappel, à l’époque, je n’ai pas de connexion Internet chez moi, je finis le lycée et entre à l’université. Et de cette époque naitra mon pseudonyme que j’ai depuis près de 20 ans.

Nous sommes en 2020, Rui Pascoal participe à une émission disponible en podcast présenté par Alexandre Letren, The Générique TV Show. Au sommaire, des interviews des chanteurs d’époques, des anecdotes... Je vous laisse découvrir ça mais c’est un plaisir pour mes oreilles Nostalgeek.

Olivier Fallaix & Rui Pascoal - leur livre

L’histoire d’Olivier et Rui se croise, car ils vont coécrire un magnifique livre, La belle histoire des génériques télé d’Olivier Fallaix et Rui Pascoal, disponible toute bonne librairie... et sur mon étagère de livre nostalgeek.

Créés généralement tout spécialement pour la France, ils sont parfois plus connus que le dessin animé en lui-même. Et pourtant, on sait peu de choses sur ces chansons. En dehors de Bernard Minet, leurs interprètes sont souvent restés discrets, voire anonymes, et nombre d’entre eux les ont enregistrés sans imaginer que 30 ans plus tard, on en parlerait encore. Découvrez qui se cache derrière ces génériques et leurs secrets de fabrication à travers des anecdotes et des portraits de leurs créateurs et interprètes.

Des interviews des auteurs sont disponibles en ligne pour ne citer que celles-là : La loi des séries #363 et le podcast Décenennies avec son hors série Cadeau Bonux #39 : La belle histoire des génériques télé.

Conclusion

Rui, Olivier, je suis un auditeur anonyme depuis toujours, vous avez bercé ma jeunesse et la fin de mon adolescence. Mon pseudonyme n’est pas sans rappeler que j’aime depuis toujours l’animation japonaise, même si je n’en parle guère plus sur ce blog. Si j’aime Seiji Yokoyama, pour ne citer que lui, c’est grâce à vous. Je ne saurai jamais comment vous remercier pour toutes ces centaines d’heures passer à vous écouter à l’époque et récemment. Puisse ce billet de blog, simple, parlant d’anecdotes personnelles qui ne nous rajeunisse pas vous témoigner ma reconnaissance éternelle.

3 Messages

  • Merci pour ce beau témoignage !
    C’est émouvant de réaliser à quel point on a pu accompagner toute une génération, simplement en partageant une passion.


  • J’ai beaucoup aimé te lire sur ce duo. Je n’ai jamais pu écouter superloustic à l’époque de son existence... J’habitais en Ardèche et cette radio n’était pas diffusée ou tout du moins je ne la captais pas.
    Gotoon je l’ai entendu de vive voix qu’au moment où il a travaillé pour RMC le dimanche dans une rubrique du même style qu’anisong. C’était mon ptit moment particulier... En effet j’avais alors 19 ans passé et j’écoutais une émission pour enfant quoi que je regardai toujours le Club Dorothée pour ses animes..

    Puis il y a eu OKAZ, les échanges de cassettes audio, les cd en import japonais à 330 francs et les cd SM RECORDS moins chers lol
    Des années plus tard à Cartoonist de Toulon j’ai pu rencontrer Olivier Fallaix présents pour Loga Rythme et qui m’a interprèté par la suite une superbe chanson pour mon audio drama sur un opening japonais de Card Captor Sakura...
    Rui ce fut bien plus tard mais il apporte une grande passion et rien qu’en l’écoutant on se sent tout petit devant tant de savoir qu’il a ingurgité durant tant d’années.
    Ce que je veux dire c’est que au-delà des mots, ce sont des personnes vraiment géniales, aimable passionnés dans ce qu’ils font et si ils sont là où il en sont aujourd’hui ce n’est pas que par piston ou autres. C’est aussi du travail mais qui reste du plaisir...
    Leur dernier livre le fait ressentir pleinement tellement il regorge de passion et d’information, un livre que je qualifie de référence aujourd’hui comme les anisong de Olivier Fallaix...
    À lire et à acheter pour NOËL si ce n’est pas déjà fait !


  • Bonjour j’ai rencontré Olivier pour la première fois à la japan expo à la defance quand ils avait sorti le cd 3 de saban et rui au salon paris mangas 2 belle rencontré j’ai pas connu super loustic ont le capte pas dans l’Essonne j’ai découvert que plus tard la radio et merci à olivier et rui pour le super livre j’espère une dédicace de un des 2 et de Bernard minet ou Jean Paul Cesari dessus et vive générique kids