Incivilité

, par  Genma , popularité : 1%

Dans ce billet je voudrai parler des incivilités et plus particulièrement de celles de deux voisins. J’habite dans une zone pavillonnaire. La plupart des voisins sont plus âgés que moi, chaque couple a deux voitures. Les places se font chères dans la rue. Même si la plupart des pavillons ont des garages, ceux-ci sont aménagés en zone de stockage ou peu facile d’accès (en sous-sol via une allée assez étroite peu adaptée au format des véhicules moderne. Les gens laissent donc leurs voitures dans la rue. Chacun essaie de faire au mieux pour optimiser la place, mais ce n’est pas le cas de tout le monde.

Mon voisin d’en face à deux bateaux. Il a donc deux allées de garage : une en sous-sol enterré et une aménagée dans le jardin. Travaillant de façon saisonnière (c’est un artisan), lorsque sa femme part, s’en suis alors un ballet assez intéressant. Monsieur sort sa grosse voiture de son garage, se gare à la place précédemment occupé par Madame. En fin de journée, Monsieur fait le guetteur et range sa voiture au moment de l’arrivée de Madame qui prend alors sa place. Tout ça parce qu’il a probablement estimé que vu la difficulté lors des manœuvres que fait Madame pour ranger la voiture dans l’allée à plat (je ne parle même pas de la tentative ratée, mais compréhensible vu la pression de Monsieur et les engueulades à base de critiques hautement négatives et non constructives...), elle ne pouvait que se garer dans la rue. Pire, quand ils ont tout deux à partir, il sort une moto pour qu’il met sur la place, bien positionnée pour que d’autres voitures ne puissent pas se garer...

Un peu plus loin, il y a deux places de stationnement aménagées (en retrait sur le trottoir) dont une place handicapée. Chaque jour, mal garé, on retrouve la même voiture, sur la place non réservée, une carte handicapée bien en évidence sous le pare-brise. Parfois, la voiture est à cheval sur les deux places. Mais rarement sur la place handicapée, uniquement quand la place non réservée est déjà occupée. La voiture est alors collée au pare-choc de l’autre, nécessitant plein de manœuvres pour ressortir. Personne n’ose rien dire. Personne ne se gare sur la place handicapée, par principe et respect, quand cette personne, bien identifiée, est garée sur la place normale. Il y a donc régulièrement une place vacante. Le handicap n’excuse pas tout. Âgé, je l’ai vu conduire et c’est un danger public. Je ne souhaite pas avoir son handicap et je connais mes privilèges. Mais là, faire exprès de prendre la place non réservée, systématiquement, car devant chez lui, est un signe d’égoïsme et d’incivisme profond.

J’ai bien conscience que ce billet ne sert pas à grand-chose, que ce sont des problématiques de riches privilégiés qui habitent en pavillon, que l’on pourra me parler des travaux fait un dimanche matin en appartement, etc. Mais bon, ça soulage de râler un peu sur mon blog. Et mon blog est avant tout un espace d’expression personnel, où je ne parle pas toujours (souvent même) de choses techniques.