Le blog de Genma
Vous êtes ici : Accueil » Blog » Du manque de diversité des intervenants aux Ubuntu Party

Du manque de diversité des intervenants aux Ubuntu Party

D 28 octobre 2015     H 11:30     A Genma     C 6 messages   Logo Tipee

TAGS : Ubuntu Les réflexions du Genma Planet Libre

C’est un twitt d’Okhin en réponse à un des miens dans lequel je demandais "sur quels sujets je pourrais parler lors de l’Ubuntu Party" qui m’a inspiré ce billet. Son message a été "Et le manque de diversité dans les intervenants dans les Ubuntu Party, on en parle ?"

En une seule phrase de quelques mots, il soulevait une problématique intéressante que je souhaite développer dans le présent article. J’assiste aux Ubuntu Party quasiment depuis qu’elles existent, même si cela fait quelques sessions que je participe plus activement en aidant, un peu, à l’organisation et en venant y donner des conférences. Lors de la dernière édition par exemple, j’ai parlé sur quatre sujets différents, à savoir Framasoft et la Degooglisation, Tor et le Tor Browser, Firefox OS l’OS pour smartphone de Mozilla et Les Geeks aussi ont le droit à une vie privée. J’ai donc, d’une certaine façon, bloqué quatre créneaux de conférences pendant lesquelles d’autres personnes auraient pu parler. Par d’autres, j’entends des personnes ayant moins de visibilité que moi mais ayant des choses tout aussi intéressantes - si ce n’est plus - à partager.

L’Ubuntu party, comme son nom l’indique, est avant tout deux jours consacrés à Ubuntu. Mais avec les années, les sujets se sont diversifiés (il n’y plus nécessité de présenter pendant des heures les nouveautés de la dernière version par exemple) restant toutefois toujours en rapport (plus ou moins lointain parfois) avec le logiciel libre. Ubuntu party c’est aussi un titre qui n’est pas parlant pour le grand public tous comme la plupart des thèmes abordés ne le sont également pas, mais c’est normal. On est sur une thématique, qui, même si elle est large, a pour dénominateur commun l’informatique et le logiciel libre.

Les problèmes sont que ce sont souvent les mêmes personnes que l’on revoit tous les 6 mois et année après année (et moi-même je suis le premier concerné). Les mêmes figures emblématiques du logiciel libre, qui viennent parler de l’actualité, de l’avancement de leurs thématiques. Peut-être que c’est très bien. Mais...

Ca reste une majorité d’homme blanc cis etc. geek. La diversité n’est pas là. Ca manque de femme, de personnes de couleurs... Cela ne reflète-t-il pas le fait que le logiciel libre reste encore cloisonné à des geeks et donc majoritairement des personnes ayant eu du temps pour apprendre ou ayant fait des études dans le domaine ? A contrario, la mère célibataire a autre chose à penser que de se tenir au courant des dernières nouveautés d’Ubuntu... (D’ailleurs, une femme, bibliothécaire venue assistée à ma conférence en vue de préparer le festival Numok, m’avait confié "ne pas se sentir à sa place" quand aux discussions libristes entendues de ci et de là. Fin de la paranthèse).

J’essaie d’aborder sur ce blog dans différents billets le sujet de comment parler au grand public et de comment s’ouvrir plus à l’autre, car c’est une problématique qui me tient à cœur. Je sais bien que ce n’est pas en un court billet que l’on trouvera les réponses à des problématiques sur lesquelles des personnes planchent au quotidien pendant des heures depuis des années...

Mais je pense que pour faire un pas de plus dans cette direction, je communiquerai plus sur cet événement en aidant à le rendre plus grand public et ce peut-être en passant moins de temps sur le devant de la scène, en laissant ma place à d’autres, en sollicitant quelques personnes moins visibles à venir parler (et en les aidant dans les coulisses si besoin à préparer leurs interventions). Pour cela, si vous souhaitez participer et aider à changer les choses,contactez moi, ou inscrivez vous pour aider à l’organisation de l’Ubuntu Party, ou proposer des conférences.

Lancez-vous, je vous aiderai volontiers et si possible. Que ce ne soit pas toujours les mêmes qui parlent.

Dans la même rubrique

4 novembre – Incivilité

30 octobre – L’ouverture d’esprit

28 octobre – L’entreprise start-up, il faut la fuir

14 octobre – LinkedIn comme réseau social

9 octobre – Etat des lieux (professionnellement)

6 Messages

  • J’adore les thèmes des 4 conférences que tu as données :)
    Dommage que je manque de temps j’aurais bien aimé y assister :/


  • Drôle ça, je mettais justement en avant le fait que l’on recherchait de la diversité dans les sujets pour que PAF ! tu nous poste un article à ce propos ;)

    https://www.journalduhacker.net/s/x59ojv/ubuntu-party_paris_les_28_et_29_novembre_2015_appel_b_n_voles_et_conf_rences


  • Salut,

    ce n’est pas qu’à l’Ubuntu Party que ça manque de diversité, c’est dans tous les événements libristes (et en ligne), et moi même qui baigne pourtant dans l’info et le libre, je ne me sens pas toujours à ma place.

    Il manque clairement de quoi tisser des liens avec les autres milieux et de quoi s’exprimer. J’aime beaucoup le loop pour ça parce le fait d’aller de squat en squat permet de tisser des liens (j’ai un super souvenir d’un après hackathon à la Gare XP). De ce côté y’a des trucs qui se montent aussi, et en particulier Libe@toi : j’ai bien discuté avec Olicat l’un des fondateurs, et il y a clairement une envie d’aller au delà des informaticiens.

    Pour ce qui de l’ubuntu party ou autres événements, je pense qu’il pourrait être intéressant d’axer plus sur des ateliers : par exemple « comment mettre en valeur mes photos » sera probablement plus intéressant pour quelqu’un lambda que « quelles sont les dernières fritures de GIMP ? ». Je trouve aussi que ça manque d’occasions de s’exprimer : dans une conf on est passif (sauf les questions - souvent techniques - à la fin), il faudrait laisser la parole pour que les gens s’expriment par forcément dans le cadre d’une conférence (par exemple : les difficultés à utiliser les logiciels, ce qu’ils veulent faire avec, etc).


  • Tu oublies simplement que le geek est aussi une bête timide qui n’aime pas s’exprimer en public.... Il y a quelques années je n’aurais jamais pensé faire des formations à des dizaines de personnes donc il faut avoir l’occasion de se roder de prendre confiance en petit comité non hostile...


  • Ben ouais mais c’est toujours les même qui répondent présents aussi :( (Bon ptete qui si on s’y prennait pas a la derniere minute aussi ^^") Si tu connais des gens qui veulent parler mais qui se sentent timide n’hesitent pas à nous les envoyer en amont pour briser la glace, les mettre en confiance.
    On s’en fout du genre ou de l’apparence de la personne tant qu’elle a quelque chose d’intéressant à dire
    Je serai plus qu’heureux qu’on est plus de conférencières pour casser le mythe de Linux c’est pour les garçons (ma femme me l’a déjà sorti, j’ai girlyse sa session pour qu’elle trouve que c’est aussi pour femme, comprendre à son goût sic).

    Par contre j’aime pas du tout la façon de dire y’a pas assez d’ "homme de couleur". Et d’opposer personnes blanches et personnes "de couleurs". Ubuntu signifie qu’on fait tous partie d’un Tout qu’on appelle Humanité. Après génétiquement, y’en à qui gère mieux l’exposition au soleil que d’autres, du notamment à l’adaptation génétique de leur ancêtre vivant dans des zones fortement ensoleillées. Les miens ont décidé de se foutre une passoire sur la tête, chacun son truc mais je suis pas sûr que c’était une bonne idée :s

    Donc voilà les critères on cherche des gens sachant s’adresser à un public francophone pour leur parler de sujets liés à Ubuntu, la Culture libre (logiciel et non logiciel) ou qui s’en rapprochent. Et pour les bénévoles, par contre on a une tite restriction : les trolls des cavernes ne sont pas admis.

    Ça te va pour la diversité genma ?

    Si nos intervenants et publics ont des profils plutôt classe moyenne ayant fait des études et plus ou moins techies, c’est plus un problème de couverture et de symbolisme médiatique. Dans la tête de beaucoup, une sorte de convention d’utilisateurs Linux, ça ne peut être rempli que par des gens ressemblant au personnage principal de Mr Robot.

    Les webcafe servent à montrer une autre image, et il faut que la communauté du Libre multiplie les initiatives orientée non techies auprès d’autres communautés partageant nos valeurs.

    Le chemin sera encore long, mais la voie est Libre ;)


  • L’Ubuntu Party est une conférence geek.
    Tu veux que le grand public viennent à une "party" geek ?
    Change l’intitulé en "Venez remettre à neuf votre vieil ordinateur avec un truc gratuit et sans virus" party et tu auras du grand public.
    Et ensuite, après, faut que les gens voient IRL des LUG ou des parrains Linux.


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.