Des discussions structurées

, par  Genma , popularité : 2%

Les discussions dans la vie non numérique sont un souci pour moi... et les relations sociales que j’ai parfois dans le monde non-numérique me frustrent et parfois même s’avèrent être un souci pour moi.

J’ai l’habitude de faire des monologues par écrit (ce blog) ou à l’oral (via mes conférences). Si j’interagis via des réseaux sociaux, via un forum ou autre, dans le monde numérique, c’est de l’écrit, j’ai le temps de réfléchir, de relire, de choisir mes mots. Il y a une notion de temporalité qui est différente, je peux prendre le temps d’analyser, de réagir, de commenter. C’est quelque chose d’asynchrone, que je peux gérer comme je veux. Je mets de côté les interactions en direct de type chat, car je dois alors me concentrer sur la discussion pour suivre et interagir.

Dans le monde non numérique, lors d’une discussion entre amis ou en famille, ce n’est pas la place pour un long monologue ou développer des idées personnes. La preuve est simple : lors d’un repas, la moindre pause dans un sujet laissera place à un autre sujet... Les discussions se mélangent, chacun parle de son sujet. Le pire pour moi, c’est lorsque que je m’arrête au milieu d’une phrase et que personne ne relève, ne demande de continuer, ne pose une question. Cela m’est déjà arrivé plusieurs fois et c’est généralement signe que personne n’écoutais.

Ces discussions sont alors pleines de sujets différents et au final, ce ne sont pas des discussions mais des bribes de discussions. Et j’en ressens alors une certaine frustration.

Ce que j’aime dans une discussion, et il m’arrive d’en avoir avec des personnes comme moi, des amis proches, ce sont les discussions structurées, qui suivent presque un plan. On laisse le temps à l’autre de s’exprimer. On a une vraie discussion sur un sujet donné, pendant un long moment (plusieurs heures parfois).
Chose impossible avec des membres de ma famille lors d’un repas : vous avez déjà essayé de parler sur un même sujet, de débattre ? Moi oui. Et ce n’est pas possible.

Avec les podcasts, dont je parlais comme type d’interaction sociale dans mon billet sur le sujet, même si je ne peux pas participer à la conversation, je retrouve ce côté discussion thématique et structuré qui me plaît.

C’est peut être en cela que les réunions me plaisent. Une réunion, généralement, suit un plan, est structurée. Il vaut mieux pour la bonne tenue de la réunion que chacun parle à son tour et s’exprime sur le sujet. Il y a un fil rouge, un certain ordre, un temps de parole. Et ça a un but. On n’est pas là pour dire des banalités, des futilités. Il faut être efficace. Alors qu’à un repas de famille, il faut parfois parler de tout et de rien, car il y a des sujets qui fâchent, des sujets à polémique...

La vie est trop courte pour que l’on perde du temps à parler de tout et de rien et je préfère les discussions pertinentes et intéressantes à des discussions futiles et sans intérêt... Et la subjectivité aidant, ce que je trouve pertinent et intéressant ne l’est pas toujours pour les autres...

Alors heureusement que j’ai ce blog pour coucher par écrit mes réflexions, discuter avant tout avec moi-même et de façon indirecte avec les lecteurs.