Le blog de Genma
Vous êtes ici : Accueil » Blog » Bloquer le porno

Bloquer le porno

D 16 juillet 2015     H 10:00     A Genma     C 3 messages   Logo Tipee

TAGS : Filtrage A.I.2

Tout vient au départ d’une proposition à l’Assemblée nationale. Le député Jean-Jacques Candelier remet au goût du jour une proposition à la mode au début de la décennie : faire bloquer par défaut les sites pornographiques sur les accès à internet des Français. Le blocage par défaut des sites pornos à nouveau suggéré sur Numerama.

Les réactions n’ont pas tardées à se faire entendre sur les différents blogs. J’en prendrai deux dont j’extrairais les citations avant de donner mon propre avis. Les citations correspondent à des points de vue avec lesquels je suis en accord.

Réaction de Numendil

Bloquer les sites pornos par défaut, bonne ou mauvaise idée ? par Numendil.

Bloquer par défaut les sites pornographiques, c’est aussi pousser à l’autocensure : pour accéder aux contenus pornographiques il faudra désactiver le blocage. Filtrer la pornographie revient à déclarer que c’est mal ou qu’elle peut être mauvaise, ce qui sous-entend que ceux qui consultent ces sites s’adonnent à de mauvaises activités. Beaucoup préfèreront donc laisser ce blocage activé, donc s’autocensureront.

en bloquant « par défaut » une catégorie de sites, on ouvre une boite de pandore qu’il faut mieux laisser fermée.

Réaction de Cyrille Borne

Le porno c’est tabou on en viendra à bout par Cyrille Borne.

Si on me demande mon avis à moi, avec une 11 ans et un 13 ans à la maison, la réponse on la connait, j’ai un serveur dédié ipfire qui assure le contrôle parental. La bêtise des gens c’est de croire que l’outil est incompatible avec l’éducation, la sanction, la répression, ne sont que des outils parmi tant d’autres dans le monde éducatif.

Le débat n’est pas de bloquer le porno, le débat c’est de s’interroger sur les outils qu’ont les particuliers pour pouvoir gérer leur internet.

Bien évidemment un gamin motivé se débrouillera toujours pour trouver du porno, néanmoins banaliser la situation actuelle c’est cautionner un jour le fait que les revues pornographiques se retrouvent au même niveau que le journal de Mickey ou qu’on conçoive que la promotion du dernier Dorcel puisse se faire pendant bonjour les zouzous.

Et dans les commentaires du billet par Cyrille lui-même :

J’ai parlé de la pornographie comme j’aurai pu évoquer certains jeux vidéos à la moralité douteuse, ou des films mégas violents, je pense qu’il faut laisser aux enfants le temps d’être des enfants quand eux mêmes réclament de sauter toutes les étapes pour aller le plus rapidement à l’âge adulte. La problématique dans les outils numériques, l’apprentissage des gens, c’est la complexité. Là je viens de décontaminer ma voisine qui en à peine quelques minutes a vérolé sa machine d’une force colossale en voulant bien faire et en installant un truc pour mettre des batman à son petit fils. Les gens partent de très très loin et quand tu vois que tu te retrouves à monter un serveur car c’est la solution la plus simple, tu te dis que ça fait peut être partie des business à développer chez les particuliers, des montages de serveurs parentaux, mais aussi que le contrôle parental efficace et familial est le parent pauvre de l’informatique quand tu ne comptes plus les navigateurs ou les CMS.

A l’époque il fallait faire preuve d’imagination, même pour le piratage il fallait se bouger, aujourd’hui tout est à portée de clics, des informations qui m’aurait bien dépanné quand j’étais gamin, j’entends par là techniquement mais aussi la pire crasse dans tous les domaines, violence, sexualité etc ... Une partie du problème pour ma part vient de là, c’est devenu trop facile.

Mon point de vue sur le sujet

Je reprends ici un commentaire que j’avais laissé sur le Forum Linux.debian/ubuntu Utilisation d’un PC en libre-service par des enfants

Quand j’étais ado, la pornographie des revues étaient beaucoup moins choquantes que celle accessible actuellement via le net. D’une part une image fixe laisse plus libre cours à l’imagination qu’une série de pratique qui s’enchaine, qui montrent des performances et donnent une fausse représentation de la sexualité.

Pour les mots clefs, n’importe quelle émission de radio libre antenne de parle de "youporn" et autres sites, te donnant de ce fait l’adresse du site. Elles évoquent également des termes de pratique qu’un enfant/adolescent ne devrait pas connaitre…

Oui il faut chercher pour en voir, mais un ado saura très facilement en trouver et tombera sur des choses qui sont bien loin de l’érotisme (ou même de la pornographie) à laquelle on pouvait avoir accès dans les années 90 via les revues…

Je complèterai ce point de vue que j’ai toujours par une réflexion plus poussée et personnelle.

Il faut éduquer Eduquer aux problématiques de la censure. Eduquer aux problématiques des nouvelles technologies. Et voir pour rendre les filtres parentaux accessibles. Facile d’utilisation. Et faire comprendre aux parents Comment ça marche Internet pour qu’ils puissent comprendre que la censure au niveau de l’Etat c’est non. Mais à leur niveau, ça s’appelle de l’éducation. D’où mon intitiative d’A.I.2. Apprenons L’Informatique, Apprenons Internet que je dois développer.

Je n’ai pas d’enfant. Je ne sais pas ce que c’est qu’éduquer un enfant ou un adolescent dans le monde actuel. Je ne prononcerai pas sur cet aspect. Cyrille le sait, il parle donc en connaissance. D’où mes citations et le choix de son billet.

Doc et Difool J’ai écouté cette émission de mes 12 ans jusqu’à la fin, et l’émission au slogan "Sexe, capote et rock n’roll" a donc marqué toute mon adolescence... La sexualité est un domaine où je ne suis pas tout à l’aise. J’ai appris beaucoup de choses, j’en ai beaucoup moins expérimenté dans ma vie, j’ai longtemps été timide et je suis un geek... Bref, c’est compliqué (et encore plus que vous ne pouvez le penser).

Je sais qu’en cette période de recherche de soi-même qu’est l’adolescence, de découverte de son corps qui change (et non, ce n’est pas sale), mes camarades de classe et moi-même, on écoutait l’émission le soir et on en parlait le lendemain dans la cour de récréation du collège. On en rigolait, on ne comprenait pas tout, on parlait sans savoir. Cette émission a marqué toute une génération, ma génération. Il y avait des moments de délires, de sérieux. On avait une écoute, des conseils.

La pornographie existait mais n’était pas aussi exposée et accessible que maintenant (Internet n’existait pas à l’époque), on s’échangeait des revues sous le manteau. Alors avoir une émission qui en parlait sans juger, qui nous aidait à comprendre que l’essentiel, c’est d’être amoureux, mais que l’on peut, entre personnes consentantes, se laisser aller à des choses diverses et variées... Et comprendre le monde de la sexualité.
Dans les points louables et positifs, il y a le fait que toute une génération ait été sensibilisée au préservatif comme outil de protection contre le SIDA, et comme moyen de contraception. On n’a plus la capote à 1 franc et de campagne de prévention comme à mon époque. Et c’est bien dommage.

Pouhiou Pour moi Pouhiou et son émission Et mon Cul, c’est du Pouhiou (une émission toutes les deux semaines, le vendredi, à 18h. #CulPouhiou est une chronique bi-mensuelle où l’on parle de sexe), c’est un peu le nouveau Doc et Difool. Il parle de plein de sujets en appelant un chat un chat, en faisant de la vraie éducation sexuelle. Je vous invite à aller voir ce qu’il fait/dit et à juger par vous même. C’est ce genre d’émission qu’il faut démocratiser.

La pornographie et la vision de la femme Il y a des défenseurs du porno et je suis pour. Mais je suis contre la pornographie esclavagiste et bestiale. Je suis pour de la pornographie qui stimule l’érotisme. Mais pas pour celle qui conduit à une vision réductrice de la femme. Quand on lit que les chirurgies esthétiques de la vulve sont de plus en plus courantes, que la femme est un trou avec de la chaire autour dans beaucoup de films pornos, que la culture du porno et les codes de la pornographie sont partout présentes dans les clips musicaux... Je pourrais en parler longtemps car ce sujet est un sujet qui me touche, sur lequel je lis beaucoup sans en parler.
Je vous invite à lire les billets d’Ovidie et à voir son reportage A quoi rêvent les jeunes filles ? - INFRAROUGE [Déconseillé aux - de 16 ans] Visible aussi chez Mitsu

Mais je ferai peut être d’autre billet pour développer cette partie, celui-ci commence à être long... Si vous en voulez, commentez et dites le moi.

Dans la même rubrique

4 novembre – Incivilité

30 octobre – L’ouverture d’esprit

28 octobre – L’entreprise start-up, il faut la fuir

14 octobre – LinkedIn comme réseau social

9 octobre – Etat des lieux (professionnellement)

3 Messages

  • Comme mon avis était un peu long à écrire, je l’ai mis chez moi : http://iceblog.free.fr/index.php?article109/web-blocage-porno

    Tu as bien résumé la complexité du problème en tout cas, à travers ces différentes visions.


  • Salut !

    C’est une proposition très représentative de la situation actuelle où les gouvernements ne pouvant et ne voulant s’attaquer sérieusement aux problèmes majeures (endettement, changements climatiques, chômage, hyper-capitalisme), en sont réduit à faire semblant de s’inquieter du sort du monde en légiférant à outrance le fonctionnement de la sphère privée.

    Si on etait un moindrement sérieux, ce n’est pas le porno qu’il faut sensurer mais les écrans : à mon avis, une gamine ou un gamin de moins de 14 ans n’a rien à faire sur le Net, hormis le temps strictement minimum mais nécessaire à un apprentissage de base du www (histoire, techniques, enjeux, dangers, bienfaits, quels sites pour quoi faire, outils, etc.).

    Donc, si l’état veut s’impliquer, il faut qu’il le fasse à travers l’Education Nationale qui reste encore son meilleur outil. Le reste du temps, on joue dehors et on grimpe dans les arbres.


  • Si on était plus intelligent, on se poserait la question de l’accessibilité de certains contenus inappropriés tel que la pornographie, violence, ... à la limite un documentaire animalier peut être inapproprié pour un enfant.
    Pour un adulte qui décide de consulter ce type de contenu, ça n’est pas un pb. Pour une personne qui se retrouver sur le même site mais sans le vouloir (popup, etc.) c’est gênant et surtout si c’est contre ses valeurs.
    Même si le blocage est une connerie, ça soulève un vrai pb. Quels sont les outils pour filtrer ce type de contenu ? une personne qui décide de se protéger face à ce contenu doit être en capacité de le faire simplement.

    Après il faut se poser la question de qui filtre.
    Évidemment, il serait malsain de devoir se justifier de consulter tel ou tel type de contenu sachant que la pornographie n’est qu’un pb.Si ça doit passer par le FAI, ça pose un sacré pb concernant la vie privée.
    Ensuite, comment sera établit le filtrage. Pour les sites officiels diffusant ce contenu, c’est facile à identifier mais on peut aller facilement au sur-filtrage et de facto on supprimerait le P2P qui est un des vecteurs et un quantité de site qui toucherait de près ou de loin ce thème et qu’est ce qu’on fait des pubs ?

    Après si on va dans le pays des bisounours, on bloque le contenu chez soit, mais n’importe quel gamin avec son smartphone a la possibilité à se connecter à n’importe quel réseau wifi. Si le blocage n’est pas effectif sur ce réseau on consulte ce que l’on veut.
    Il ne faut pas trop compter sur les outils (même s’ils doivent être disponible pour tous et activable en fonction des besoins) mais aussi éduquer et informer.


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.