Le blog de Genma
Vous êtes ici : Accueil » Blog » De mon amour pour les livres

De mon amour pour les livres

D 22 mars 2011     H 09:00     A Genma     C 0 messages   Logo Tipee

Pendant plus de 20 ans je suis resté fidèle à la bibliothèque municipale de ma ville. Durant toute mon enfance et mon adolescence, puis dans le début de ma vie l’âge adulte, je suis allé régulièrement dans cet endroit magique, que j’ai découvert un jour, et pour lequel j’ai toujours eu un attachement particulier. L’année dernière, j’ai déménage et j’ai donc changé de lieu, je me suis inscrit dans une nouvelle bibliothèque. Un nouveau lieu, c’est tant de nouveaux livres à découvrir, la possibilité d’emprunter dans 4 médiathèque différente. Mais j’ai un attachement affectif pour ce premier endroit, qui m’a marqué à jamais.

C’est grâce à la bibliothèque que j’ai pu lire plein de bandes dessinées, comics, livres, mangas… Et encore, je n’ai pas fait la critique de tout ce que j’ai lu, vu que je ne fais des critiques sur ce blog que depuis quelques mois.

Avec la nouvelle bibliothèque, j’ai la possibilité de prolonger ses livres via le site Internet, de réserver des livres, de faire venir des livres d’une autre médiathèque (il y a une navette trois fois par semaine). C’est fort intéressant, c’est bien pensé, c’est un réel service. Et c’est gratuit pour les habitants de ces communes (gratuits… Plus exactement, c’est payé par les impôts locaux). J’allie donc la modernité d’Internet avec le livre, que je n’ai pas quitté, même si je suis un fervent internaute.

Depuis tout petit, j’ai le goût de la lecture. J’adore, non, j’aime lire. Depuis ce jour où je suis entré dans cette pièce où l’on pouvait choisir un certains nombres d’ouvrages pour les rapporter chez nous, pour les lire, les rendre la semaine suivante et en prendre de nouveau, je n’ai jamais passé beaucoup de temps très loin d’une bibliothèque. Arrivé en sixième, c’est à la bibliothèque municipale que je me suis inscrit. C’était bien avant qu’elle ne déménage pour aller dans de vrais grands locaux, de plusieurs étages et ne deviennent une médiathèque, où l’on pouvait emprunter cd et DVD. C’est ainsi que j’ai pu voir l’intégrale de la filmographie de Takeshi Kitano. Mais c’est là une autre histoire.

La bibliothèque était divisée en deux sections. Une section enfant, avec quelques coussins. Et une section adulte, avec ces livres énormes, de centaines de pages, bien plus gros que les livres pour enfant... Dès la maternelle puis en primaire, nous avions des visites de temps à autre dans la "grande bibliothèque municipale de la ville". Dans l’album de photo familial, il y a une photo de ma mère, me lisant à moi et à une camarade, un livre pour enfant illustré. Ma mère est jeune sur la photo, elle n’a pas encore la trentaine et une jeune femme très belle. Cette photo est une trace de l’un de mes premiers contact avec les livres. Contact qui remonte à mes premières années. Des livres de ma prime jeunesse et de celle de ma sœur ont été gardées. Ma mère, gardant des enfants, ce sont plusieurs générations et plusieurs petites mains qui ont tournées encore et encore les pages de ces livres...

La section adulte, avec des romans de plus de trois cents/quatre cents pages, au format "livre" et non livre de poche, me semblait bien gros et bien long. Ils avaient quelque chose de magique. Et un jour j’ai franchis l’entrée de cette section adulte, j’ai découvert de nouveaux livres, de nouveaux auteurs, des tas d’histoires. Et j’ai lu. Beaucoup lu. De tout. Par les livres, j’ai vécu des voyages que je n’aurai jamais vécu autrement, j’ai connu des moments d’évasions qu’un autre support, cd ou vidéo, n’aurait pu m’apporter. Je bénis les auteurs qui me font voyager et rêver. Je ne saurais les citer tous, plus ou moins connus, plus ou moins "classiques" ou "modernes".

Je bénis ces formidables inventions qu’ont été l’écriture, l’imprimerie et les bibliothèques. Quand je vois tous ces jeunes qui traînent dans la rue, à maudire leur sort et leur destin, je suis révolté. Beaucoup sont peut être illettrés ou quasiment : ils n’ont pas un grande facilité à la lecture. Mais avec de l’effort et un encadrement adéquat, ils pourraient apprendre à lire et s’ouvrir aux livres.. Toutes ces choses que l’on peut apprendre, qui ne serviront peut être à rien, mais qui ouvrent l’esprit, qui lui apportent richesse. Notre esprit peut engranger un nombre de savoirs incalculables, plus ou moins facilement. Il faut juste l’entraîner et le nourrir, et alors il demandera toujours plus. Pourquoi ne lisent-ils pas ? Pourquoi ? Ces livres sont gratuits, que demander de plus. Du temps ? Ils en ont... Que de gâchis..

Mon plus grand regret quand à moi et que je ne pourrais jamais tout lire dans ma trop courte vie et je passerai à côté de grands chefs d’œuvres. Mais c’est ainsi...

Il est peut être temps que je conclue cet article confession, alors ce sera pars des remerciements. Je ne remercierai jamais assez la bibliothèque de la ville de mon enfance pour m’avoir permis de découvrir tous ces livres et romans que j’ai lu. Et plus particulièrement la personne qui préconise - recommande l’achat de bandes dessinées, comics et autres mangas. Entre les classiques et les œuvres de qualités, j’ai passé de nombreuses heures à lire les ouvrages empruntés, allant de découverte et en découverte, sans jamais être déçu. Ami bibliothécaire, si tu me lis, je te dis : MERCI.

Dans la même rubrique

4 novembre – Incivilité

30 octobre – L’ouverture d’esprit

28 octobre – L’entreprise start-up, il faut la fuir

14 octobre – LinkedIn comme réseau social

9 octobre – Etat des lieux (professionnellement)

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.