Le blog de Genma
Vous êtes ici : Accueil » Blog » Darknet une série de reportages sur Netflix

Darknet une série de reportages sur Netflix

D 1er octobre 2018     H 09:00     A Genma     C 0 messages   Logo Tipee

Présentation de DarkNet

Dark Net est une série américaine télévisée de type documentaire créée par Mati Kochavi qui explore le dark net et la technologie, ainsi que des thèmes tels que le biohacking, le cyber-kidnapping, la guerre numérique, les sectes en ligne, la dépendance à la pornographie et les strip-teaseuses par webcam.

La série a été diffusée le 21 janvier 2016 sur Showtime, avec la première saison de huit épisodes. Sa deuxième saison, composée de huit épisodes, a été créée le 6 avril 2017.

Liste des épisodes et sujets abordés

DarkNet est donc composé de 16 épisodes de 30 minutes réparti en 2 saisons, abordant les thèmes suivants :

Season 1 (2016)
-  Episode 1 "Crush" Un couple BDSM dans une relation à distance ; un Japonais dans une relation virtuelle en utilisant LovePlus ; et une femme victime de vengeance.
-  Episode 2 "Upgrade"Le thème central est le biohacking, à travers les témoignages d’une femme qui implante une puce RFID dans la main et un homme qui a perdu un œil par accident et qui le remplace par une caméra, ainsi qu’un homme qui utilise des centaines de systèmes de collecte de données pour suivre tout dans sa vie.
-  Episode 3 "Exploit" La pédopornographie à Cebu, aux Philippines via le darknet. Une technologie utilisée pour protéger les enfants en ligne et attraper les auteurs de crime est montrée, un pédophile révèle les raisons de sa dépendance.
-  Episode 4 "CRTL" Le travail des modérateurs de contenu sur Internet et aborde le cas des pirates informatiques.
-  Episode 5 "Traped" Une femme qui pense souffrir d’hypersensibilité électromagnétique ; d’un homme qui a subi un accident vasculaire cérébral massif et qui est maintenant paralysé, et utilise la technologie pour s’améliorer et l’aider dans sa vie ; et celui d’une femme qui a abandonné sa famille pour rejoindre un culte en ligne.
-  Episode 6 "Rewire"L’exploration de la dépendance à la pornographie sur Internet, la nootropique, ainsi que des personnes autistes travaillant dans le secteur des technologies.
-  Episode 7 "Provoke"La violence et des trolls sur les réseaux sociaux ; le créateur derrière le personnage en ligne d’Abdullah-X revient sur la créaion et mission derrière ce personnage.
-  Episode 8 "Revolt" Un militant documente les brutalités policières ; une femme transgenre qui s’est détournée du judaïsme hassidique une fois qu’elle a découvert Internet ; et une organisation qui utilise la technologie d’impression 3D pour créer des armes à feu non détectables et introuvables.

Saison 2 (2017)
-  Episode 9 "My Mind"Utilisation la réalité virtuelle pour aider avec le trouble de stress post-traumatique, RealDolls avec intelligence artificielle, et une femme qui travaille pour Amazon Mechanical Turk.
-  Episode 10 "My Justice" Les détectives amateurs en ligne (Websleuths) commentent la mort de Morgan Ingram et son effet sur l’accusé de meurtre meurtrier qui a été jugé innocent ; "Commander X", un membre du groupe hacktiviste Anonymous qui a fui les États-Unis après avoir été arrêté pour une cyber-attaque.
-  Episode 11 "My money" Une camgirl, des mineurs de bitcoins et les marchés du darknet.
-  Episode 12 "My Nation" Les mouvements politiques et les groupes extrémistes, y compris un groupe Extrême-Droite qui a diffusé ses message via les médias sociaux et témoignages d’anciens membres de groupes extrémistes tels que les néo-nazis ou Al-Qaïda désormais non radicalisés.
-  Episode 13 "My Identity" Exploration de la technologie de reconnaissance faciale et son utilisation dans la police, les foyers et les casinos. Un homme innocent raconte son histoire après que la technologie de reconnaissance faciale l’a mal relié à un vol de banque et à la façon dont cela a ruiné sa vie, le laissant sans abri. La question de la protection de la vie privée à l’ère des médias sociaux est également à l’étude.
-  Episode 14 "My Home" Discutions sur les questions de confidentialité et de surveillance dans les foyers et les communautés ; cas d’une femme dont la webcam de l’ordinateur portable est infiltrée par un harceleur numérique ; un quartier qui se charge d’installer des caméras de surveillance pour la sécurité ; un homme dont l’intérêt pour le voyeurisme l’a fait fiché comme un délinquant sexuel vivant sous surveillance constante.
-  Episode 15 "My Community" Cet épisode explore la ville de Jun, Grenade, qui utilise Twitter comme principale source de communication entre les résidents et le gouvernement ; un enseignant à Ahwatukee, Phoenix est harcelé numériquement ; témoignage d’un père de l’un des enfants tués dans la fusillade de l’école élémentaire Sandy Hook qui fait face à des menaces de la part de théoriciens du complot.
-  Episode 16 "My Relationship" Cet épisode explore les relations à l’ère numérique ; une famille japonaise qui a un robot dans sa famille ; une femme qui a programmé son ami mort en chatbot ; une mère qui utilise un programme d’espionnage pour surveiller les activités de sa fille adolescente sur son téléphone.

La critique de Genma

Loin des reportages sensationnalistes et racoleurs, qui ont un parti pri et une volonté de faire peur, cette série de reportage est plus proche d’un BlackMiror qui aurait pris la forme de reportage et non de fictions. Les thèmes abordés sont assez proche de certains de BlackMiror, et là où dans BlackMiror on est dans l’anticipation, la fiction, les reportages de DarkNet sont ancrés dans le réel.

Un peu surprenant au début, le passage d’un sujet à un autre au sein d’un même épisode : les sujets semblent décorréler les uns des autres. Mais on finit par comprendre et s’apercevoir que pour un même épisode, on a un fil rouge et un aperçu selon des sujets en apparence totalement différents. Au delà du fil rouge d’un épisode, on a un fil rouge plus global : ces reportages explore des faces méconnues d’Internet et les modifications que ce réseau a apporté dans l’Humanité, modifiant notre quotidien. Un certain nombre d’aspects d’Internet sont abordés à travers différents prismes, que ce soit l’impact de l’évolution des technologies, technologies reposant elle-mêmes sur Internet, la connexion qu’apporte ce réseau aux objets, les bouleversements dans les interactions entre humains...

Pour moi qui suit sur Internet (et le web) depuis plus de 20 ans, cette série de reportages apporte un état de lieux de ce que le réseau est devenu, mais m’a également appris certaines choses, que je ne connaissais pas, sur les faces cachées et sombres d’Internet, d’où le nom DarkNet. Nom qui n’est d’ailleurs par usurpé car quelques reportages abordent bien évidemment les réseaux chiffrés et le fameux Darknet, accessible via Tor ou autres systèmes de réseaux chiffrés. Mais le nom de Darknet fait plus référence au côté sombre, de l’ombre, d’Internet, le contraire du monde des bisounours...

Dans les choses appréciables on a le fait que l’on a aucun jugement dans les reportages : pas de moral, au spectateur de se faire son avis. Je n’ai pas vu de bullshit ou d’effet sensationnel, les faits abordés et la façon de les présenter sont plutôt bien amenés et faites. Le petit bémol est que même si on a beaucoup de témoignages de personnes différentes, toutes sont d’origines américaines (à l’exception du sujet de la pédophilie où ce sont des personnes des Philippines qui témoignent).

Disponible en VOSTFR sur Netflix, plutôt bien réalisé, ça se regarde bien et on peut en enchaîner plusieurs à la suite.

Pour vous avoir un avis complémentaire, je vous invite à lire l’article Série. Dark net, une exploration documentaire de la face cachée du web sur le site breizh-info.com.

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.