Le blog de Genma
Vous êtes ici : Accueil » Blog » De l’impact que la fatigue mentale peut avoir sur le physique

De l’impact que la fatigue mentale peut avoir sur le physique

D 10 mai 2019     H 09:00     A Genma     C 0 messages   Logo Tipee

Dans ce billet intimiste, je voudrais parler de l’impact que la fatigue mentale peut avoir sur le physique.

Comme je l’ai toujours fait depuis l’existence de ce blog, ce billet se veut un témoignage de mon vécu, pour avant tout m’aider moi-même en posant par écrit ce que je ressens et ce que je vis, mais en espérant que d’autres en lisant se sentiront compris, sauront qu’ils ne sont pas seuls à vivre ce qu’ils vivent.

La fatigue mentale, c’est quand on n’arrive pas à couper / éteindre son cerveau qui est en réflexion perpétuelle. J’évoquais tout ça dans mon billet . La nuit, le sommeil est perturbé par des rêves, des angoisses, des préoccupations qui nous réveillent au cours de la nuit. Et insidieusement, la fatigue s’installe. L’épuisement physique est là. On dort, mais on ne récupère pas. On se réveille tout aussi fatigué.

On pense que la solution est de dormir plus, d’avoir plus de sommeil, de compenser. On dort encore plus, profitant des grasses matinées du week-end, et pourtant on est encore plus fatigué. Le moindre temps où il est possible de somnoler est mis à contribution. On est assis dans les transports en commun, il y a quelques stations avant le changement : on somnole, comptant les arrêts. Et il y a ce jour où on rate son arrêt parce que l’on est trop profondément endormi, signe que l’épuisement est allé encore plus loin...

L’épuisement moral fait qu’on est moins concentré, que l’on a envie de rien. Juste de dormir et de repos. Que l’on est irrité, irritable, agressif. On présente tous les signes du manque de sommeil. La privation de sommeil est une forme de torture, et on comprend pourquoi. Les idées noires commencent à faire leurs apparitions. Cet épuisement se rapproche dangereusement des signes de la dépression...

Je ne reviendrai pas sur le pourquoi et comment j’en suis arrivé là, j’ai fait des billets de blog et des conférences sur le sujet, je vous laisse chercher. Comme dit sur les réseaux sociaux, le changement de vie personnel et professionnel à venir dans les prochaines semaines fait que les problèmes à la source de ces problèmes vont finir par prendre fin et seront à peu à peu loin derrière moi. Et c’est ça le message que je voulais faire passer : il ne faut pas sous estimer l’impact que peut avoir la fatigue mentale sur son corps et la seule solution est de résoudre le problème à la source, en prenant les bonnes décisions et si nécessaire en se faisant aider. Il n’y a pas d’autre solution.

Dans la même rubrique

4 novembre – Incivilité

30 octobre – L’ouverture d’esprit

28 octobre – L’entreprise start-up, il faut la fuir

14 octobre – LinkedIn comme réseau social

9 octobre – Etat des lieux (professionnellement)

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.